Justice de Friedrich Durrenmatt

Justice de Friedrich Durrenmatt

(Extrait)

Dans ce bureau, seul avec tous les objets favoris du vieillard, je comprenais enfin le discours qu’il m’avait tenu dans la prison. « Il s’agit de sonder la réalité, de mesurer exactement les effets d’un acte donné. Pénétrer dans le possible, c’est modifier notre regard sur le réel. » Il avait joué cartes sur table, le docteur honoris causa, mais je n’avais pas compris son jeu. Je ne l’avais pas pris au sérieux, et c’est pourquoi les motifs du crime ne m’étaient pas apparus : Kohler avait tué comme on observe, il avait assassiné pour examiner le fonctionnement des lois qui régissent notre société. Devant un tribunal, un tel motif aurait passé tout simplement pour un échappatoire. Il était trop abstrait pour la justice. Mais ainsi va la pensée scientifique aujourd’hui. Dissimulée derrière un bouclier d’abstraction, elle peut soudain sortir de son abri, et devenir dangereuse………….

Friedrich Dürrenmatt

Considéré comme un des écrivains majeurs de notre temps, Friedrich Dürrenmatt est né à Berne en 1921 et est mort en 1990 à Neuchâtel.

Dramaturge célèbre, il est aussi un narrateur subtil, nourri de philosophie. Il a façonné un univers grinçant, dans lequel la tragédie s’allie à la comédie pour déboucher sur le grotesque. Avec un talent fantastique, il revisite toutes nos notions morales.

Dans le répertoire de ses œuvres, nous pouvons notamment citer, La visite de la vieille dame qui a été jouée sur presque toutes les scènes du monde, La Promesse, un scénario devenu roman et adapté en 2011 par le réalisateur américain Sean Penn sour le titre The Pledge, La Panne, Justice que l’on peut qualifier de « Policier métaphysique » à travers de courts récits denses et mystérieux.

Aucune indifférence possible dans l’univers de Dürrenmatt, l’émotion suscitée, à la lecture de ses œuvres, ressemble à la profusion de couleur qui habille les nuanciers.

Partager cette publication


0